Quentin Vanbaelen

Né en 1988. Diplômé en langues et littératures romanes. Responsable de la section bruxelloise de Comac-écoles Bruxelles. Grand amateur de musique et de bandes dessinées. 

Trois milliards d’euros. C’est ce qu’ont coûté en 2014 les « dispenses de précompte professionnel », une sorte de petit frère des intérêts notionnels. En dix ans, ce cadeau fiscal a coûté 19 milliards d’euros aux caisses de l’État, comme le révèle la nouvelle étude du service d’études du PTB, signée Marco Van Hees, qui s’interroge sur le résultat en termes d’emploi.

Le ministre Jan Jambon a déclaré qu’une « partie significative de la communauté musulmane a dansé à l'occasion des attentats ». Des propos qui font évidemment polémique. Mais n’était-ce pas le but ? Car, en plus de polariser et diviser la société, cette sortie est une grossière tentative d’étouffer le débat socio-économique.

Dans la semaine qui a suivi les attentats du 22 mars à Bruxelles, les travailleurs de l'aéroport de Zaventem et de la Stib ainsi que des milliers de personnes ont participé à plusieurs rassemblements. Ensemble, aux quatre coins du pays, ils ont exprimé leurs émotions, se sont rencontrés et réconfortés, et ont délivré un message de paix, d’unité et de solidarité.

La « Loi travail » proposée par le gouvernement français se heurte à une opposition inédite. Un million de signatures récoltées en moins de deux semaines, syndicats, étudiants, lycéens, citoyens, blogueurs et « youtubeurs » unis dans la protestation, et une manifestation nationale prévue pour le 9 mars. De très nombreux Français refusent ainsi une attaque sans précédent contre les droits des travailleurs.

La Belgique a été condamnée par la Commission européenne pour un système d’avantages fiscaux qui a permis à 35 multinationales de ne pas payer 700 millions d’euros. Ce système a pourtant été voté par tous les partis en 2004, sans aucun débat parlementaire et malgré de sévères critiques du Conseil d’État. Comment expliquer ce résultat ?

« Travailler jusqu’à 77 ans. » C’est le titre d’un journal qu’a fièrement exhibé Daniel Bacquelaine (MR), ministre des Pensions, en Commission des Affaires sociales. C’est que le gouvernement ne perd pas le Nord, et continue à avancer son agenda antisocial.

Le dimanche 6 décembre prochain, à Ostende, des milliers de Belges se mobiliseront pour le climat en marge du sommet de Paris. Parce qu’il y a urgence et que #riennenousarrêtera.

« Le principal frein à une politique climatique conséquente est d’ordre politique et non technologique. » Posant ce constat, les députés fédéraux du PTB Raoul Hedebouw et Marco Van Hees ont déposé une proposition de résolution pour que la Belgique s’engage de manière responsable et conséquente pour le climat.

Y a-t-il de quoi être inquiet de l’arrivée des réfugiés en Belgique ? Beaucoup de choses sont dites, et beaucoup d’information circule, notamment sur Internet. Sommes-nous envahis ? Notre sécurité sociale est-elle en danger ? Doit-on craindre une invasion islamiste ? Les SDF belges sont-ils victimes de la solidarité avec les demandeurs d’asile ? Tentative d’éclairage.

Récemment, des protestations de taxis à Bruxelles et à Paris ont fait beaucoup de bruit. L’objet de leur colère ? Uber, une société qui propose des services de voiture avec chauffeur à petits prix. Derrière les polémiques qui opposent ce nouveau service aux taxis traditionnels se cachent des enjeux sociaux et économiques de taille. Et si, plutôt qu’une économie de « partage » nouvelle et avantageuse pour tous, le modèle Uber était la réalisation d’un rêve néolibéral ?

Pages