Koen Hostyn

 

L’interruption volontaire de grossesse est un droit fondamental de la femme. C'est pourquoi les députés du PTB Marco Van Hees et Raoul Hedebouw introduisent cette semaine une proposition de loi destinée à retirer l'avortement du droit pénal.

« La situation dans les camps de réfugiés de Calais et Dunkerque est indigne », c’est ce qu’a confirmé le Premier ministre Michel en réponse à question du PTB en commission parlementaire. Le PTB veut que le gouvernement français trouve une solution humaine pour les nombreux demandeurs d'asile qui sont entassés à Calais et à Dunkerque. 

Mardi 26 mai, les éboueurs de Gand se sont mis spontanément en grève suite à une évaluation négative d’un travailleur plus âgé. La goutte qui a fait déborder le vase d’un mécontentement profond, présent depuis longtemps – les éboueurs avaient d’ailleurs déjà mené une action à la mi-mars. Vendredi 29, le bourgmestre de Gand Daniël Termont (sp.a) a fait réquisitionner les grévistes par la police. Une décision qui essuie de nombreuses critiques.

La lutte pour le retrait de la loi sur le saut d’index vient de commencer : c’est ce qu’à déclaré Raoul Hedebouw sur son compte Twitter juste après le vote adoptant le saut d’index à la Chambre, ce mercredi 22 avril. Les députés PTB ont évidemment voté contre.

Mardi, au Parlement, le débat sur le saut d’index s’est poursuivi jusqu’aux petites heures sous la pression du gouvernement qui veut à tout prix faire passer cette mesure. « Si vous voulez vraiment vous attaquer au handicap salarial, je vous invite à rejoindre les travailleurs berlinois qui manifestent pour réclamer une hausse des salaires », a déclaré Raoul Hedebouw au ministre de l’Economie Kris Peeters (CD&V).

Selon le ministre des finances Johan Van Overtveldt (NV-A), les Grecs « n'auront d'autre choix que de poursuivre les assainissements et restructurations ». Marco Van Hees, député fédéral PTB, a réagi en l'interpellant jeudi dernier à la Chambre.

Au lendemain des attentats de Paris, le gouvernement belge s’est empressé de voter 12 mesures de sécurité. Si la plus visible reste le déploiement de l’armée, le gouvernement entend également pouvoir retirer la nationalité, élargir les possibilités d’écoutes téléphoniques et renforcer la législation antiterrorisme. « Toutes ces mesures ne sont pas sans danger », prévient le député PTB Raoul Hedebouw, à propos de l’échange de vues sur la lutte contre le terrorisme et le radicalisme au parlement ce mercredi 21 janvier. « Si elles ne sont pas appliquées correctement, ces mesures pourraient devenir une menace pour nos droits démocratiques ».

Ce mercredi 12 novembre, la Commission parlementaire des Finances et du Budget se réunissait pour se pencher sur les chiffres du budget du nouveau gouvernement fédéral. Marco Van Hees a pris la parole pour le PTB. Il a fait remarquer que ce ministre, responsable également de la Loterie nationale, met tout le monde à forte contribution. Mais, quoi qu’il en soit, le lot gagnant échoit toujours aux super-riches. Le slogan de ce gouvernement n’est donc pas « Devenez scandaleusement riches », mais plutôt « Restez scandaleusement riches ». 

Dans son intervention au Parlement, Raoul Hedebouw a insisté sur le fait que, pour le PTB, non seulement les méthodes barbares, mais aussi les objectifs de l'EI étaient condamnables. Mais, pour le PTB, une intervention militaire en Irak ou en Syrie n'est pas la solution, mais une composant€ du problème. Raoul Hedebouw a également condamné le fait que des F16 étaient déjà partis avant le vote au Parlement.

Durant le débat en commission mixte de la Défense nationale et des Affaires étrangères, le PTB a été le seul parti à s’exprimer contre une nouvelle intervention militaire en Irak et en Syrie. Pour Raoul Hedebouw, les interventions en Afghanistan et en Libye démontrent  qu’une approche militaire ne résout absolument rien, bien au contraire. Durant sa prise de parole, Hedebouw a appelé le gouvernement fédéral à ne pas participer à l’attaque américaine, et à épargner sur les coûts d’une guerre plutôt que sur les soins de santé, l’enseignement et les pensions.

Pages