PS

Le PS a donc choisi l’alliance avec le MR. Ce ne sera donc même pas une alliance PS-Ecolo-cdH-Défi qui était pourtant possible. Comme à Verviers, comme à Binche, comme en Province de Liège… s'allier avec le MR fait partie de la stratégie d'ensemble du Boulevard de l'Empereur (siège du PS). Les négociations PS-PTB-Ecolo étaient-elles une mascarade organisée ? Les négociateurs du PTB reviennent sur les coulisses de ces discussions...

Dirk De Block, chef de file du PTB Molenbeek, réagit à l'annonce de la majorité PS-MR dans sa commune : « L'alliance avec le MR était inscrite dans les astres. Ce ne sera donc même pas l’Olivier qui était mathématiquement possible… Contrairement aux apparences, Catherine Moureaux n'a jamais voulu négocier avec le PTB mais voulait transférer la responsabilité de son accord avec le MR sur le PTB. La ficelle est un peu grosse. C’était donc une mascarade organisée. »

Le PS, ce parti qui dit vouloir faire des majorités avec le PTB, a fait voter ce vendredi l’exclusion de deux élus du parti de gauche du conseil provincial du Hainaut. « Le PS a beau dire qu’il a tiré des leçons des affaires, il n’a pas changé d’un poil : c’est toujours la course aux postes, dans le mépris total du choix des électeurs », réagit Germain Mugemangango, porte-parole francophone du PTB.

Avec l’asbl GIAL, créée par la Ville de Bruxelles, c’est une nouvelle histoire de corruption qui éclate. À l’instar de Publifin, à Liège, les scandales dans la capitale montrent bien à quel point les intérêts publics sont compromis quand ils sont gérés par une entreprise privée. Le PTB exige que GIAL redevienne un service public moderne, un service communal 2.0.

Enorme, géant, historique. Les mots ont du mal à décrire l’événement d’hier à Paris : un million de manifestants contre la Loi Travail. Face à l’intransigeance du gouvernement (socialiste) français, la résistance ne faiblit pas, elle grandit.

Le 2 avril 1996, des milliers d’enseignants et de lycéens bloquent Bruxelles et entourent le Parlement de la communauté française. Ils demandent le retrait du plan Onkelinx supprimant 3 000 postes dans l’enseignement secondaire. Le plan sera voté mais la lutte a donné l’envie à toute une génération d’élèves de prendre son sort en main en s’engageant politiquement et a permis d’empêcher d’autres mesures impopulaires. 

Lundi 29 juin, au conseil communal de Herstal, le Bourgmestre Frédéric Daerden a annoncé de gros changements dans le plan de parking payant. Un plan de stationnement, selon lui, plus « simplifié » et comportant « plus de gratuité ». Pour Maxime Liradelfo, conseiller communal PTB à Herstal, « ce changement est en réalité un tournant important, une victoire dans la lutte contre le parking payant et le fruit de la mobilisation menée depuis plus de deux ans sur la commune. »

Ce mardi 25 novembre s'est tenu un conseil communal passablement agité. Giliciens, Jumetois, Montagnards, activistes pour les droits des femmes et autres citoyens étaient venus se faire entendre par les conseillers communaux et le bourgmestre de la ville. Cette présence n'était manifestement pas du goût de Paul Magnette (PS) qui parle d'instrumentalisation de ces groupes par le PTB et qui a été jusqu'à suspendre la séance comme mesure de rétorsion. Mais qu'en est-il exactement ?

600 travailleurs sont venus assister au Conseil communal de Charleroi ce lundi 20 octobre. La raison de leur colère est l’annonce d’un possible licenciement de 200 à 300 membres du personnel de la commune. A l’appel des trois syndicats, ils ont donc fermement exprimé leurs désaccords avec la politique menée par le bourgmestre et Ministre-président wallon Paul Magnette (PS).

Le PTB s’oppose fermement aux coupes budgétaires de 300 millions d’euros annoncées dans l’enseignement. « Les besoins sont criants dans l’enseignement. Les élections sont finies depuis un mois, et les grandes promesses semblent déjà être envoyées aux oubliettes », réagit Michaël Verbauwhede, responsable PTB pour l’enseignement et député bruxellois. « Nous devons nous mobiliser et nous opposer à toute coupe budgétaire dans l'enseignement. L’école a besoin de davantage de moyens et non de se serrer la ceinture. Le PTB défend un refinancement public de l’enseignement, via une taxe des millionnaires. »

Pages