Damien Robert

Mardi 17h. C’est l’effervescence à la maison médicale de Médecine Pour le Peuple Seraing. Pour beaucoup, la tête est déjà à la fête des gens d’abord de samedi soir, que Médecine Pour le Peuple organise avec la section du PTB Seraing. Tout à coup, un homme fait irruption dans la salle d’attente et dépose une enveloppe sur le comptoir de la salle d’attente. Il part sans dire un mot.

L’entreprise sidérurgique ESB, appartenant au groupe allemande GMH vient d’annoncer la fermeture de son site à Seraing. L’emploi de 250 personnes est menacé. Pourtant, ces 3 dernières années, des dizaines de millions d’euros y ont été investis, dénonce Damien Robert, conseiller communal PTB+ à Seraing.

C’est aujourd’hui que seront probablement signées les conventions autour du dossier Mittal. L’heure est maintenant au bilan : noir et plombé comme ce ciel de février.

En octobre 2012, le PTB réalisait un score historique aux élections communales, passant de 16 à 52 élus. A Bruxelles et en Wallonie, les élus prêtaient serment il y a un an tout juste. Retour sur une année de combats dans les conseils communaux et, surtout, dans la rue. Ou comment faire de la politique autrement. « Rue-Conseil-rue », tel est le principe de base des conseillers communaux PTB. Ils se mobilisent avec les habitants de la commune (d’un quartier, d’une rue...) pour porter leurs questions, thèmes et revendications au conseil communal. Et ils reviennent ensuite vers les habitants pour communiquer les résultats, rendre compte de la situation et repartir à l’action. Petit tour d’horizon de certains élus des communes wallonnes et bruxelloises.