Benjamin Pestieau

 

Le ministre de l’Emploi Peeters aime apparemment profiter de l’été pour lancer des réformes. Après celle de la semaine de travail de 38 heures dévoilée il y a quelques jours, Kris Peeters veut maintenant chipoter dans la loi qui régit nos salaires : ils resteront bloqués les prochaines années.

Le PTB a pris connaissance de l’avant-projet de loi Peeters sur le « travail faisable ». Ce projet va transformer la semaine des 38 heures en une coquille vide.

Les derniers chiffres sur l’emploi viennent de sortir : sur un an, le volume d’emploi a augmenté de moins d’un 1 %, avec surtout des emplois précaires.

Ce 8 juillet, la Belgique fête les 80 ans de la loi instaurant les premiers congés payés arrachés suite à la grande grève générale de 1936. Pourtant, notre pays est à la traîne par rapport à plusieurs pays européens en termes de nombre de jours de congé.

Ce vendredi 24 juin, des actions syndicales ont été menées dans tout le pays, avec des grèves dans le privé et les services publics. Une belle journée de sensibilisation sur les récentes attaques du gouvernement contre les pensions et la semaine des 38 heures. Un tremplin vers une rentrée sociale encore plus large.

Le gouvernement, en s’appuyant sur les dernières prévisions de la banque nationale (BNB), annonce fièrement que la Belgique va créer 140 000 emplois entre 2016-2018. Est-ce vrai ? Et faut-il se réjouir de cette nouvelle ? Réponse en 6 éléments.

Nous étions 80 000 aujourd’hui dans les rues de Bruxelles. 80 000 porte-paroles d’une majorité croissante de la population qui rejette la politique du gouvernement, en particulier son projet de semaine de travail à 45 heures et ses attaques sur les pensions publiques.

La fin de la semaine des 38 heures, des semaines hyper-flexibles ou l’intérim à vie. Voilà quelques exemples de ce qui se cache derrière le projet de réforme du marché du travail voulu par le ministre de l’Emploi Kris Peeters (CD&V). Résumé des cinq mesures principales de la loi Peeters, qui sont autant de raisons de la rejeter.

Après la FGTB hier, c’était au tour de la CSC de descendre dans la rue contre les mesures du gouvernement qui s'attaque à la semaine de 38 heures de travail et à nos pensions. Une manifestation de plus de 8 000 personnes emmenée par de nombreux jeunes. « Dans les semaines et mois qui viennent nous allons continuer le combat. »

Des semaines de 45 heures et des journées de 9, voire 11 heures ; les heures supplémentaires facilitées, tout comme le travail en soirée, nuit et le week-end ; des horaires connus 24 heures à l’avance ; l’intérim comme seule perspective de carrière... Si la réforme du ministre de l’Emploi, Kris Peeters (CD&V), passe, le quotidien de tous les travailleurs va être bouleversé. Décryptage, avec des témoignages de celles et ceux qui vivent déjà ces mauvaises conditions de travail que Peeters veut généraliser.

Pages