Calais

La « Jungle » de Calais, le camp improvisé des réfugiés qui veulent aller en Grande-Bretagne, démontre la faillite de la politique d'asile européenne, estime Peter Mertens, le président du PTB, qui s'est rendu sur place avec une délégation du PTB. « La situation est pire que dans les bidonvilles de Kinshasa, et ce, à une heure de Bruxelles. Je pensais être préparé à cette visite, mais ce n'était pas le cas. »

« La situation dans les camps de réfugiés de Calais et Dunkerque est indigne », c’est ce qu’a confirmé le Premier ministre Michel en réponse à question du PTB en commission parlementaire. Le PTB veut que le gouvernement français trouve une solution humaine pour les nombreux demandeurs d'asile qui sont entassés à Calais et à Dunkerque. 

Lors d’une nouvelle catastrophe, ce 5 août, en Méditerranée, 200 réfugiés ont encore sans doute perdu la vie. Aujourd’hui, Theo Francken (secrétaire d’Etat à l’asile et la migration, N-VA) reproche aux médias d’user de « titres émotifs à bon marché » et affirme que ce n’est pas la faute de l’Occident si certains réfugiés prennent des risques énormes. Riet Dhont qui, ces derniers jours, était en mission à Calais avec le PTB, réagit avec émotion dans une lettre personnelle.