Emploi - Travail

La direction a confirmé la nouvelle : 290 emplois vont disparaitre chez NLMK Clabecq. Près de 300 emplois en moins sur 590 malgré le bénéfice d’1,45 milliard de dollars que le groupe russe a empoché en 2017... Il est temps d’en finir avec les vagues de licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices.

Le PTB dénonce la marge maximum disponible de 0,8 % pour les augmentations de salaires sur la période 2019-2020. Les travailleurs doivent retrouver une pleine liberté de négocier des augmentations de salaire. Pour cela, le PTB introduit une proposition de loi visant à abroger la loi sur les salaires de 1996.

Des actions et des grèves ont eu lieu ce 14 décembre dans des centaines d’entreprises du pays. « La Belgique d’en bas a exprimé son vote méfiance à l’égard du gouvernement des patrons FEB-VOKA, réagit Peter Mertens, président du PTB. Un changement radical de politique est urgent. »

Ce 29 novembre, de nombreux travailleurs wallons manifesteront encore une fois à Namur contre la réforme des APE. Une réforme qui, contrairement à ce que le gouvernement MR-cdH prétend, est avant tout une mesure d'austérité qui coûterait de nombreux emplois et des services indispensables.

Ce 14 novembre, la Chambre a approuvé la création d'un « Conseil National de la Productivité ». Un nouvel instrument du gouvernement pour justifier ses politiques antisociales. Le PTB a introduit un amendement visant la création d’un « Conseil national du burn-out ». La santé des travailleurs doit passer avant la course aux profits.

Le nombre de travailleurs malades de longue durée continue, année après année, à augmenter. C'est ce que vient de confirmer une nouvelle fois une étude du secrétariat social Securex.« Ces chiffres ne font que confirmer l’évolution qu’on constate sur le terrain », réagit Anne Delespaul, spécialiste santé du PTB et porte-parole de Médecine pour le peuple, qui met en cause la politique du gouvernement et propose des alternatives.

« Charles Michel sortira-t-il un jour de sa bulle dorée ? » Le Premier ministre a présenté sa déclaration de politique générale ce lundi 8 octobre au Parlment.  Pour le député fédéral et porte-parole national du PTB Raoul Hedebouw, il a une nouvelle fois déballé un discours rempli de nouvelles qui ne correspondent pas à la réalité de la Belgique d’en bas. Le vrai bilan du gouvernement, c’est qu’il n’y a jamais eu autant de profits pour les grands actionnaires, et jamais autant de précarité pour les gens.

Saut d'index, flexi-jobs, loi salariale... le gouvernement Michel-De Wever a beaucoup fait pour couper dans nos salaires. Une technique payante pour les actionnaires, puisque, en quatre ans, 9 milliards d'euros ont été transférés des salaires vers les profits des entreprises. « Les richesses doivent revenir à celles et ceux qui les ont produites, réagit Raoul Hedebouw. Il est temps d'augmenter les salaires. »

Quelques jours après les fêtes de Wallonie, le gouvernement wallon s'est réveillé avec la gueule de bois. Les syndicats ont mené des actions à Namur pour contester la réforme que ce gouvernement veut imposer à tout un secteur.

Le gouvernement a décidé d’accélérer la dégressivité des allocations de chômage. Raoul Hedebouw, porte-parole national du PTB, a donc lancé un défi à Charles Michel : « Qu’il vive un mois avec 1011 euros, et après qu’il vienne justifier sa mesure ! » Signez vous aussi sur www.jedefiemichel.be et mettez-le au défi.

Pages