Intercommunales

Que va-t-il advenir de Publifin et de toutes ses filiales ? C’est une question encore peu débattue publiquement. Mais en coulisses, les discussions s’approfondissent et les décisions se prennent. Parfois même, elles sont déjà prises. Comment faire pour orienter le débat à gauche ?

Sans aucun débat démocratique, la présidence de Nethys vient d’être attribuée à Pierre Meyers, un multimillionnaire liégeois qui a été longtemps propriétaire de la multinationale CMI. Pour Damien Robert, président provincial du PTB, c’est une décision qui ne présage rien de bon : « Une intercommunale n’a pas vocation à être dirigée par un patron d’une multinationale. »

Publifin, Publipart, Telenetgate, Kazakhgate, Optima… Autant de dossiers dans lesquels les politiciens traditionnels confondent l’intérêt général avec leurs intérêts particuliers et ceux de leurs amis. Le PTB est déterminé à dénoncer les casseroles des profiteurs en politique, et à promouvoir une politique au service des gens.

Gwendolyn Rutten (Open Vld) et Jean-Claude Marcourt (PS) se sont récemment prononcés pour une privatisation des intercommunales. Pour le PTB, « la privatisation ne va pas pousser les intercommunales à être gérées de façon plus démocratique, éthique, au service des citoyens et des communes mais va simplement permettre la privatisation de la corruption ».