M. le Premier ministre, que doivent penser ceux de Proximus de votre « jobs, jobs, jobs » ?

Raoul Hedebouw a confronté les partis traditionnels à leur responsabilité dans les suppressions d’emplois chez Proximus. « Vous êtes représentés dans le conseil d’administration et vous voudriez nous faire croire que vous ne saviez rien ? » Vu les bénéfices, il s’agit en plus clairement de licenciements boursiers. « La digitalisation doit servir à soulager le travail, pas à en priver 2000 personnes. »

Étiquettes