Vidéo | Johan Vandepaer (MPLP) : « Trois quarts des 55-65 ans ont des problèmes de santé »

Travailler jusqu’à 67 ans ? Impensable. Un reportage d’RTL revient sur la question avec le témoignage d’une femme de ménage souffrant à 56 ans de tendinites chroniques. Le Dr Johan Vandepaer, de Médecine pour le Peuple, également conseiller communal PTB à Herstal, dénonce cette mesure du gouvernement, en se basant sur les chiffres d’une étude de Médecine pour le Peuple.

 

Ce n’est pas un scoop : le report de l’âge de la pension à 67 ans voulu par le gouvernement rencontre une vive opposition parmi la population. Et, bien que les ministres essaient de vendre cette mesure de mille et une manières, les faits sont clairs : travailler jusqu’à 67 est bien souvent physiquement impossible (en plus d’être illogique et inutile*).

 

Dans le reportage d’RTL, le témoignage de Mathia, femme de ménage en région liégeoise, illustre cette réalité. À 56 ans, elle travaille depuis près de 20 ans comme femme d’ouvrage dans une école secondaire, mais souffre de tendinites chroniques, ce qui rend d’ores et déjà le fait de travailler difficile. Comment, dans ces conditions, pourrait-elle encore tenir 11 ans ?

 

Le cas de Mathia est pourtant loin d’être isolé. C’est ce qu’indique son médecin traitant, le Dr Johan Vandepaer. Depuis 1979, celui-ci pratique la médecine gratuite au sein de la maison médicale Médecine pour le Peuple à Herstal, et, depuis 2000, il y est également conseiller communal pour le PTB. La réalité des travailleurs et travailleuses, comme Mathia, il la connaît, notamment grâce à son contact quotidien avec ses patients. Et il sait combien les travailleurs – surtout manuels – sont usés en fin de carrière.

 

Ainsi, en 2011, Médecine pour le Peuple dévoilait une étude (voir ci-dessous) dans laquelle il apparaissait que les trois quarts des Belges de 55 à 65 ans souffrent d’une ou plusieurs maladies chroniques. De quoi modérer les ardeurs de ceux qui estiment qu’il est possible de travailler jusqu’à 67 ans.

 

C’est pourquoi, comme représentant du PTB, il se bat pour le retrait de cette mesure. Médecine pour le Peuple a ainsi soutenu le plan d'action mené en novembre et décembre, et invite à signer a pétition du PTB « Travailler jusqu’à 67 ans ? Pas question ! ».

 

* Lire la brochure « Travailler plus longtemps pour moins de pension? Infaisable, illogique et inutile »

Lire également l’étude « Travailler deux à cinq ans de plus pour 83,2 à 298,4 euros de pension en moins ».  

 

L’étude de Médecine pour le Peuple

En 2011, Médecine pour le Peuple a réalisé une étude sur l’état de santé de 2.294 patients âgés de 55 à 65 ans, inscrits dans les onze maisons médicales de MPLP (dont celles de Herstal et Seraing). Cette étude nous apprend plusieurs éléments sur l'état de santé des travailleurs belges.

  1. 3/4 des Belges de 55 à 65 ans souffrent d’une ou plusieurs maladies chroniques.
  2. Près de la moitié des travailleurs plus âgés souffrent de maladies du système musculaire, osseux ou articulatoire.
  3. 1 travailleur sur 5 connaît d’importants problèmes de santé mentale.
  4. Plus d’1/4 des travailleurs souffre de maladies cardiaques, vasculaires ou des voies respiratoires.
  5. Les femmes ont de moins bons résultats que les hommes : un pourcentage nettement plus élevé des femmes souffre de plusieurs maladies chroniques en même temps.


Pour ces travailleurs plus âgés qui, pour des raisons médicales, ont des difficultés à assumer pleinement leur emploi, la prolongation de carrière jusque 67 ans et la diminution de la possibilité de pension anticipée et/ou prépension est une option impossible. Ils risquent de se trouver en invalidité ou au chômage. Des alternatives peu attrayantes, associées à une grande incertitude et à un revenu inférieur pour ces travailleurs.

Dans les médias, il est souvent question de l’espérance de vie à la hausse des Belges. Mais il est rarement question de l’espérance de vie en bonne santé. Dans ce domaine, il existe une grande inégalité sociale qui augmente d’année en année. Toutes les études existantes prouvent que profiter d’une pension en bonne santé est un privilège surtout réservé aux personnes les plus qualifiées. Pour les moins qualifiées, c'est beaucoup plus rare. A quoi il faut ajouter que les travailleurs belges comptent parmi les plus productifs au monde, et sont donc plus sujets au stress.
 

Ajouter un commentaire